Voyage Amazonie, Pérou. Information & tourisme.

Géographie, climat, histoire, fêtes, patrimoine, musées, monuments, hôtels, transports, environs.

IQUITOS - VOIR DOSSIER SPECIAL

Iquitos est la ville principale de l’Amazonie péruvienne. Elle a été fondée entre les rios Amazone, Nanay et Itaya au nord-est du pays, et n’est joignable que par voie fluviale ou aérienne. Bien qu’une mission d’évangélisation soit installée dans cette zone depuis plusieurs siècles, c’est avec l’explosion du commerce de caoutchouc qui donne son véritable essor à la ville à la fin du XIXème siècle. La forêt qui l’entoure est en effet riche en hévéas, arbres produisant le caoutchouc. Iquitos est un camp de base idéal pour des expéditions dans la jungle, et le long du fleuve Amazone. De nombreuses tribus indigènes, comme les Yaguas ou les Boras, vivent dans la région, loin de toute zone urbaine.

PUERTO MALDONADO - VOIR DOSSIER SPECIAL

Puerto Maldonado est une ville de la pointe sud-est de l’Amazonie. Elle est la capitale de la région Madre de Dios. Son emplacement privilégié à la confluence des ríos Tambopata y Madre de Dios en a fait un lieu de choix pour les entreprises exploitant le bois, le caoutchouc, l’or et le pétrole.

Par ailleurs, c’est peut-être la ville amazonienne la moins développée du Pérou et la plus peuplée de la partie sud de région. Pourtant, elle dispose de très bonnes infrastructures touristiques permettant de visiter les différents sites des alentours comme la Réserve nationale de Tambopata ou le lac Sandoval.

LE FLEUVE AMAZONE - VOIR DOSSIER SPECIAL

L’Amazone, qui donne son nom à la plus vaste région du Pérou, est le plus long et le plus puissant des cours d’eau de la planète, avec ses 7.000 km jusqu’à l’Océan Atlantique. Il naît de la convergence du fleuve Marañon avec le rio Ucayali, qui prend sa source dans les montagnes qui surplombent Arequipa.

LAC DE QUISTOCOCHA

A 14 km au sud-ouest d’Iquitos vers Nauta, le lac de Quistococha de 56 ha est entouré d’un parc animalier de 369 ha peuplé de boas, de petits singes capucins et ouistitis pygmées, de dauphins roses d’Amazonie, ainsi que de paiche, poisson de rivière amazonien qui peut atteindre 5 m de long pour 200 kg.

ÎLE AUX SINGES

L’île de Timicuro, d’une taille de 250 ha entourée par l’Amazone, est à 40 km d’Iquitos, soit à 1 à 2h de bateau. Elle doit son surnom à son accueil diverses espèces menacées de singes, tels que les singes araignées, les ouistitis pygmées, les tamarins, les singes laineux lagotriches ou encore les singes hurleurs alouates. C’est une promenade agréable entre arbres de fruits exotiques, palmiers et bananiers.

FERME AUX PAPILLONS DE PILPINTUWASI

A 20 min de bateau d’Iquitos le long du le río Nanay, Pilpintuwasi a été fondé par l’Autrichienne Gudrun Sperrer sur le site de Padre Cocha pour accueillir les animaux de la jungle, tels que les perroquets et les singes. Elle explique de façon pédagogique la formation des chrysalides aux papillons, et permet d’admirer de belles espèces exotiques comme le morpho bleu ou le papillon hibou.

PEVAS

Fondé par des missionnaires en 1735 au bord du rio Ampiyacu tout près de l’embouchure avec l’Amazone, Pevas est le plus ancien village de la région. Il est situé à 145 km au sud d’Iquitos. L’attraction principale est la Casa del Arte qui expose les œuvres du peintre amazonien contemporain Francisco Grippa. Son mirador offre une belle vue qui surplombe la jungle et les 2 rios voisins. On peut aussi visiter les communautés indigènes voisines de Yaguas, Boras, Huitotos et Ocainas, dont la spécialité est l’artisanat en fibres végétales.

PARC ALLPAHUAYO MISHANA

A 20 km de route en direction de la bourgade de Nauta, se trouve le Parc Allpahuayo Mishana. C’est un lieu d’observation privilégié de la faune et la flore, avec plus de 300 essences d’arbres, et des espèces rares comme des singes, des reptiles ou la loutre et le tatou géant.

RESERVE DE PACAYA SAMIRIA - VOIR DOSSIER SPECIAL

A 90 km au sud ouest d’Iquitos, Nauta marque le point de jonction des rios ucayli et Marañon, et l’entrée dans la Réserve nationale de Pacaya Samiria. Elle protège la plus grande mangrove d’Amazonie, à visiter à marée basse et haute pour voir le maximum d’animaux différents ; dauphin rose, anaconda ou encore tortue charapa.

TARAPOTO - VOIR DOSSIER SPECIAL

Bien que n’étant pas la capitale du département de San Martin, Tarapoto est une des villes les plus importantes d’Amazonie, avec un fort développement et commercial. Fondée en 1782, la ville s’étend entre les ríos Shilcayo et Cumbaza. Son nom signifie la ville des palmiers, suite à la présence de nombreux palmiers Taraputus. Dans les alentours de la ville se trouvent plusieurs sites naturels remarquables, comme les chutes de Ahuashiyacu, Mamonaquihua et Huacamaillo ou les lagunes de Venecia, América et Limoncocha et les lacs Sauce et Lindo.

LAMAS

Connue comme la capitale folklorique de San Martin, Lamas est un petit village de style andin à 25 km à l’est de Tarapoto. Initialement créée en 1554 par le capitaine espagnol Pedro de Ursúa, elle périclite et est à nouveau fondée en 1655, par les Jésuites qui évangélisent les populations locales tout en respectant leurs coutumes, langues et traditions. Sa population est d’origine chanca, du département d’Apurimac, voisin de Cusco, et parle un mélange de quechua et de cahuapana. Cependant, ce village a reçu des colons métis d’autres régions depuis 150 ans, apportant leurs coutumes aux traditions chancas.

PUCALLPA

A l’est de la partie centrale du Pérou se trouve la ville de Pucallpa, sur les rives du fleuve Ucayali. Au cœur de l’Amazonie, les environs de Pucallpa sont riches en sites remarquables. 7 km au nord se trouve la Lagune de Yarinacocha dans laquelle vivent une grande variété de spécimens de la faune amazonienne comme les dauphins d’eau douce, des iguanes, oiseaux et petits mammifères rares. Plusieurs communautés indigènes sont également établies à cet endroit, dont la communauté de San Francisco où vit la tribu Shipibo, célèbre pour son artisanat.

PARC DE MANU - VOIR DOSSIER SPECIAL

Le gigantesque Parc national de Manu s’étend sur une superficie de plus de 1 800 000 hectares dans la jungle amazonienne du sud-est du Pérou. Elle est riche de plus de milles espèces d’oiseaux, cent variétés de mammifères, reptiles et poissons et près de 15 000 variétés de plantes. L’Unesco l’a déclarée Réserve de la Biosphère et Patrimoine naturel de l’humanité en 1987. On y trouve encore environ une dizaine d’ethnies, dont plusieurs vivants sans le moindre contact avec le reste du monde, comme les Amahuacas ou les Yaminahuas.

RESERVE DE TAMBOPATA - VOIR DOSSIER SPECIAL

La Réserve nationale de Tambopata fut créée officiellement en 1990 afin de protéger la faune et la flore de 1,5 millions d’hectares. Elle s’étend à cheval sur les départements de Madre de Dios et Puno et abrite une immense biodiversité : sur seulement 5 500 hectares on a pu identifier 545 espèces d’oiseaux, 1122 de papillons ou encore 151 de libellules. Sa flore aussi est particulièrement riche : on peut trouver jusqu’à 150 essences d’arbre différentes dans un hectare. La réserve est réputée pour ses lacs et ses cochas (lits de rivières desséchés) dans lesquels vivent plus de 40 espèces d’oiseaux migrateurs transcontinentaux, d’amphibies et de mammifères dont beaucoup d’espèces en voie d’extinction. Par ailleurs, des indices concordants laissent penser que la présence humaine dans la zone remonte à 4 000 ans et que les ethnies actuelles descendent directement de ces populations, bien que les Incas aient mené une exploration à Tambopata au XVème siècle. Ces ethnies s’appellent l’Ese’ Eja et la Puquirieri.