Fleuve Amazone, Amazonie, Pérou

Le fleuve Amazone

L’Amazone est un de ces fleuves mythiques, dont la puissance fascine et inspire nombres de légendes et d’aventures.

Le fleuve de tous les records

C’est le fleuve le plus profond au monde (de 10 à 30 m de fond), ainsi que le plus long (6.762 km à plus de 7000 km selon la source choisie). Il parcourt ses  3.713 premiers kilomètres au Pérou, où il prend source dans la Cordillère.  Son cours est aussi le plus puissant, avec un débit de 220.000 m³ par seconde déversé dans l’Atlantique, formant un delta de 324 km de large qui empiète de presque 100 km sur l’océan. La quantité d’eau douce modifie la salinité de l’océan jusqu’à 300 km de la côte brésilienne.

Ses eaux sont alimentées par les précipitations pluviales d’autant plus fortes que son cours traverse une zone tropicale. Le ruissellement issu des fontes des neiges des versants centraux et orientaux de la Cordillère des Andes contribue aussi à l’importance de son débit.

Le réseau de 1100 affluents de ce fleuve immense forme l’ensemble de voies navigables le plus vaste de la planète (plus de 50 000 km), de l’Equateur au nord à la Bolivie au sud. Né de sources des sommets de la Quebrada Carhuasanta à laquelle il prend son nom, son premier affluent andin devient le fleuve Apurimac, dans lequel se jette le Mantaro pour former l’Ene, qui reçoit à son tour le Perené pour former le Tambo, qui avec l’addition de l’Urubamba devient l’Ucayali, dans lequel coule le Marañon pour former enfin l’Amazone.

Les mystères de son cours supérieur et de sa source

Officiellement, l’Amazone naît de l’union entre l’Ucayali et le Marañon à Nauta, à 150 km en amont d’Iquitos. C’est d’après cette identification du cours supérieur que le Pérou donne son nom au département d’Amazonas sur le bassin du Haut-Marañon. On a longtemps cherché les sources premières de l’Amazone dans celles du Marañon.

Pour autant, la source du rio Ucayali se trouve 1000 km plus au sud que celle du Marañon. C’est pourquoi pour certains, l’Amazone est d’abord le rio Vilcanota au sud de Cuzco, ensuite appelé rio Urubamba qui se jette dans le rio Ucayali. La source du Vilcanota, située au col de la Raya entre Cuzco et le Lac Titicaca, serait alors la plus en amont de l’Amazone.

Des expéditions successives du National Geographic Society ont récemment confirmé que la source de l’Amazone se trouve dans la région d’Arequipa, à 5597 m d’altitude sur le versant nord du sommet Mismi, au nord de Chivay. En effet, la cordillère de Chila forme à cet endroit la ligne de partage des eaux entre l’Atlantique et le Pacifique.

Explorations et navigations mythiques

Au tout début du XVIème siècle, l’explorateur portugais Yanez Pinzón prend l’embouchure du fleuve pour une mer intérieure d’eau douce et perd l’opportunité de découvrir le Pérou. Le 12 février 1541, Francisco de Orellana et Gonzalo Pizarro, frère du conquistador Francisco Pizarro, partent remonter le fleuve Amazonie de Quito jusqu’à l’océan Atlantique. Ils appellent Nouvelle Andalousie les terres découvertes. En 1560, Pedro de Orsua et Lope de Aguirre partent à leur tour des Andes à l’Atlantique, mais se perdent dans l’enfer de la jungle.

L’Amazone est aujourd’hui navigable jusqu’à 3.700 km de son embouchure, à la ville péruvienne d’Iquitos. On peut même remonter son affluent Ucayali jusqu’à Pucallapa, et Atalpaya où le rejoint le rio Urubamba. Comme tous les fleuves de la jungle, l’Amazone charrie des troncs et branches qui forment parfois des îles lorsqu’ ils s’accumulent au centre du lit et s’enlisent dans le fond sablonneux et limoneux, ce qui complique parfois la navigation. De très belles croisières permettent de profiter de la merveilleuse végétation environnante.