Voyage à Iquitos sur mesure : séjours, information, tourisme

Voyage à Iquitos : séjours et guide, information, tourisme

Géographie, climat, histoire, fêtes, patrimoine, musées, monuments, hôtels, transports.

Situation géographique d’Iquitos

Iquitos n’est accessible que par avion ou par bateau. Située à la rencontre entre les rios Nanay et Itaya, la ville est totalement entourée de forêt vierge, entre petites collines et vallées formées par des confluents de l’Amazone. C’est la capitale de la plus grande région du Pérou, Loreto qui couvre quasiment 368.851 km², soit 29% du territoire du pays. Elle compte 4.300 de frontières, au nord ouest avec l’Equateur, au nord est avec la Colombie et au sud est avec le Brésil.

Climat d’Iquitos

Iquitos se caractérise par un climat chaud et humide tout le long de l’année. Sa température moyenne varie entre 21°C et 31°C, mais la sensation de chaleur est renforcée par la moiteur permanente de l’atmosphère. Il pleut environ 2.600 millimètres par an, et les précipitations sont particulièrement concentrées lors de l’été, de novembre à mai. Les pluies les plus violentes sont en mars et avril, ce qui donne au fleuve Amazone son plus haut niveau de l’année, de 10 mètres au dessus du niveau d’octobre. Voir notre fiche : Quand partir au Pérou.

Histoire

Le 12 février 1542, le conquistador Francisco de Orellana découvre l’Amazone au terme d’une expédition aventureuse dans la jungle. Les congrégations religieuses organisent alors des missions pour évangéliser cette région reculée, dont l’accès est rendu difficile par une végétation extrêmement dense. La ville d’Iquitos est fondée par les Jésuites à la fin du XVIIIe, mais prend une réelle importance seulement à partir de 1880, avec l’explosion du commerce du caoutchouc.

Patrimoine, musées et monuments : que voir à Iquitos ?

La Casa de Fierro est une maison à structure métallique dessinée par l’entreprise de Gustave Eiffel et construite dans les ateliers belges Forjes D’Aisseau pour l’exposition internationale de Paris de 1889. Ses murs, son toit pyramidal et ses balcons sont de grandes plaques métalliques assemblées et soutenues par des colonnes argentées.
C’est l’époque de la grande richesse d’Iquitos basée sur l’exploitation du caoutchouc et l’entrepreneur fortuné Julio H. Toots l’achète. Elle traverse l’Atlantique en deux moitiés sur un bateau brésilien en 1890. La première partie, destinée aux rives du río Mishagua, dans une la région de Madre de Dios, est dispersée avant d’arriver à destination. La seconde est celle que l’on peut admirer à l’angle des rues Putumayo et Próspero, face à la Place d’Armes d’Iquitos. Elle accueille le Club Social d’Iquitos depuis 1985, ainsi que divers négoces.

Le Malecon Tarapaca, tracé à la fin du XIXe siècle à 100 m de la Place d’Armes, témoigne du faste de l’époque du caoutchouc à Iquitos. Cette promenade qui sépare les río Amazone et Itaya est le point de rendez vous privilégié pour flâner en profitant d’une belle vue sur les fleuves, les jardins qui le longent et le quartier de Bélen en contrebas. On peut y apprécier les principaux édifices républicains des grands entrepreneurs du tournant du XIXe au XXe siècle; l’ancien Hôtel Palace, le Collège San Agustín, le Musée Amazonien, la casa Hernández, l’Hôtel Real Iquitos, l’ancien consulat colombien ou encore la préfecture.

Le Musée des Bateaux historiques occupe le bateau à vapeur Ayapua en face de la Casa Morey. Une exposition bien documentée retrace la période la plus florissante de la ville, lors de l’âge d’or du caoutchouc. Il propose une agréable petite navigation. On peut regarder le film Fitzcarraldo sur la fondation d’Iquitos tourné par Werner Herzog en 1982.
Le musée des Cultures Indigènes Amazoniennes (AICM), ouvert en 2013 sur le Malecon, offre des informations ethnographiques sur 40 populations natives dont les Yahuas, Boras et les Omaguas; coiffes de plumes et ornements rituels voisinent avec instruments de chasse et de pêche, ustensiles de la vie quotidienne et instruments de musique de cette région de l’Amazone.
Le musée Iquitos, ouvert en 2014 au bord du parc municipal, présente les 150 ans d’histoire de la ville, en mêlant faune et flore, artisanat des communautés locales et art contemporain.

Le Zoo Quistococha propose un jardin botanique, un lac et de nombreux félins et animaux sauvages de l’Amazonie en captivité. À 4,5 km sur la route de Nauta, le Centre de Sauvetage Amazonien, fondé par l’Aquarium international de Dallas, la région de Loreto et l’institut de recherches  de l’Amazone Péruvienne permet de s’approcher de singes, loutres, tortues et lamantins.
Le Fundo Pedrito, adapté aux visites familiales, présente des animaux locaux comme des singes, des félins, des anacondas et des caïmans. A la ferme de papillons Pilpintuwasi, un peu plus loin, la propriétaire autrichienne Gudrun partage sa passion pour l’élevage des papillons d’Amazonie. Tout leur cycle de vie y est visible, des larves et cocons aux beaux papillons de toutes tailles et couleurs. Elle a aussi un refuge pour des animaux de la région, singes, jaguar, singe, paresseux ou encore perroquets.

Sa proximité d’une des plus extraordinaires réserves de faune et de flore au monde reste l’intérêt majeur de la ville d’Iquitos. De belles promenades et excursions au départ de la ville permettent d’admirer des arbres de 60 m de haut, des orchidées de toutes les couleurs, des nénuphars Victoria Regia d’1 m de diamètre, ainsi que des animaux exotiques comme les singes ou les toucans. Le village voisin de Grau a un observatoire qui surplombe le fleuve Amazone. Il est aussi possible de naviguer pour essayer de surprendre des dauphins roses ou gris. Pour l’observation d’oiseaux, un des lieux les plus conseillés est la lagune Zungarococha située à 20 km d’Iquitos.

Fêtes et événements à Iquitos

5 janvier : Anniversaire de la fondation du port fluvial d’Iquitos sur l’Amazone. C’est le président Ramón Castilla qui envoya des bateaux militaires en 1864 pour lancer l’aménagement et la mise en valeur de la région amazonienne de Loreto. Toute la ville se retrouve dans les rues pour des défilés et des danses.
Février : Carnaval de Loreto. C’est l’occasion de danser les traditionnels pandilla ou sitaracuy. Chacun se déguise pour célébrer la libération des démons avec la « parada de la humisha », un défilé lors duquel l’on offre nourriture et objets à un palmier décoré de guirlandes.

Mars : Semaine sainte. Des processions religieuses rythment chaque moment fort de la semaine, entre cérémonies catholiques et banquets festifs de chonta et poisson.
24 juin : La Saint Jean est la fête la plus importante de l’année; elle réunit tous les habitants dans le petit village voisin de San Juan de Miraflores pour des danses et réjouissances. Elle clôture maintenant la semaine touristique d’Iquitos, qui convoque de nombreux artistes et acteurs de la vie locale pour un festival de danses régionales, une feria d’artisanat traditionnel ainsi que des concours  de folklore en tout genre.

Shopping

L’artisanat de la région de Loreto reflète les traditions des tribus amazoniennes qui y vivent. On peut trouver des objets authentiquement fabriqués dans la jungle par ces ethnies, ou des copies locales qui reprennent leur style. La Galerie Anaconda est la plus centrale, sur le boulevard, à 1 bloc de la Place d’Armes.
On peut aussi citer le marché de Belén, dans le quartier populaire de la ville. Des stands colorés vendent pêle-mêle des épices, poissons, fruits exotiques et toutes sortes de plantes médicinales dans la partie haute du marché. La partie basse vit au gré des crues de l’Amazone, avec ses maisons sur pilotis inondées et un essaim de radeaux pour se déplacer en hiver ; à éviter l’été, lorsque le rio dévoile les déchets de ce quartier pauvre.

Restaurants à Iquitos

Le restaurant Fitzcarraldo occupe la belle demeure ancienne de l’associé de l’aventurier du même nom. Sa terrasse offre un beau point de vue sur le Malecon et le fleuve, notamment en soirée. Au menu, une carte de bon aloi, entre poissons, viandes et pizzas. Une des meilleures adresses de la ville reste le Gran Maloca, où l’on peut déguster une sélection soignée de plats régionaux, gibier, pêche du jour, ou les grands classiques nationaux comme le ceviche et le lomo saltado dans une ambiance élégante.

Hôtels à Iquitos

Tout l’intérêt de la région réside dans ses jolis lodges nichés au cœur de la forêt amazonienne. La ville d’Iquitos peut toutefois proposer en base arrière l’hôtel Victoria Regia, proche de la Place d’Armes pourvu de tout le confort moderne, piscine et services personnalisés. Autre option, la Casa Morey offre 14 suites restaurées avec goût dans une superbe demeure victorienne bâtie en 1913 par le baron du caoutchouc Luis Morey.

Comment se rendre à Iquitos ?

Les compagnies Star Peru, Lan et Peruvian Airlines assurent des liaisons aériennes régulières; plusieurs fois par jour depuis Lima à 1h40 de vol, une fois par jour depuis Tarapoto ou Pucallpa à 1h de vol. L’aéroport Coronel FAP Francisco Secada se situe à 7 km du centre d’Iquitos.
La seule autre façon d’accéder à Iquitos est la voie fluviale, beaucoup plus lente. Il faut compter 4 à 5 jours pour relier en Pucallapa en bateau le long du rio Ucayali, qui se jette dans l’Amazone près d’Iquitos. Certaines embarcations express, qui transportent une dizaine de personnes maximum, peuvent mettre 2 jours, selon le courant du fleuve.