Parc Pacaya Samiria, Amazonie, Pérou

Réserve de Pacaya Samiria

La réserve de Pacaya Samiria permet une véritable immersion dans la jungle amazonienne depuis Iquitos ou Tarapoto.

Situation géographique et climat de la Réserve de Pacaya Samiria

Située dans la province de Loreto, en Amazonie, la réserve de Pacaya Samiria est la seconde zone protégée la plus grande du Pérou, avec une superficie de 2.080.000 hectares entre 83 et 160 mètres d’altitude. C’est une plaine de jungle inondable, traversée par les rivières Pacaya et Samiria avec quelques ondulations du côté du Pacaya. Sa lagune la plus intéressante à visiter est El Dorado qui se niche dans un méandre du Yanacu. Les précipitations annuelles sont importantes, entre 2000 et 3000 mm, particulièrement concentrées lors de la saison des pluies, d’octobre à avril. Il est donc plutôt recommandé de la visiter de mai à septembre. Les températures sont constantes, entre 20°C et 33°C en moyenne.

Biodiversité de la Réserve de Pacaya Samiria

Sa protection a permis le développement de plus d’un tiers des espèces animales recensées en Amazonie. On y trouve ainsi 1.025 races de vertébrés, dont des félins comme le puma, le jaguar otorongo, le cerf venado colorado, le pécari sajino, le tapir sachavaca et le singe maquipasa, ainsi que 449 espèces d’oiseaux. Dans l’eau, on peut trouver 58 espèces d’amphibies, le dauphin rose ou gris, le caïman noir ou blanc, ainsi que 256 types de poissons dont le poisson chat zungaro ou carachama et le paiche, le plus grand poisson d’eau douce du monde. La flore n’est pas en reste avec 965 espèces de plantes sylvestres et 59 de plantes cultivées.

Activités dans la Réserve de Pacaya Samiria

Créée en 1982, la réserve abrite quasiment 100.000 indigènes des tribus Cucama-Cucamilla, Kiwcha, Shipibo, Shiwulu et Kacha Edzé. Il est possible d’être initié à certaines de leurs coutumes ancestrales à condition d’être accompagné par un guide local respectueux de leur mode de vie. La navigation permet de se déplacer et explorer la jungle dans la zone d’El Dorado où l’on peut se dédier au safari photographique, au trekking ou à la spéléologie.

Il existe trois circuits principaux. Le premier longe le bassin du Yanayacu-Pucate aux environs de Nauta, à partir de la Communauté dite 20 de Enero, jusqu’au lieu-dit Cocha El Dorado, zone la plus peuplée et la plus riche en faune le long du rio. La seconde route s’effectue dans le lit inférieur du río Samiria, pour visiter Yarina, Fortuna et Ungurahui. A San Martín de Tipishca, il est même possible de séjourner chez les locaux de la Communauté native Kukama Kukamiria, excellents guides pour explorer les environs à pied ou en canoé. La troisième expédition s’aventure dans la forêt souvent inondée du bassin du Pacaya.

Accès à la Réserve de Pacaya Samiria

Trois entrées sont possibles pour accéder au Pacaya Samiria.

– Depuis Iquitos, situé à 1h45 de vol de Lima, la route la plus rapide pour entrer dans la réserve passe par Nauta, à 2h de route et 2h de navigation fluviale en aéroglisseur. Il faut en revanche compter jusqu’à 12 h en embarcation publique. Une fois à Nauta, il faut encore naviguer jusqu’à Nauta Caño ou Yanayacu Pucate ; 3 heures de peque peque ou 1h30 d’aéroglisseur. De ces deux endroits, on peut accéder à la lagune El Dorado qui abrite la majeure partie des refuges et lieux de camp. Une autre posssibilité pour s’enfoncer plus profond dans la réserve est de s’embarquer depuis Nauta pour  15h de bateau ou 4h de catamaran afin d’arriver à la Communauté dite 20 de Enero.

– Depuis Tarapoto, il faut emprunter la route goudronnée de 3 h jusqu’à Yurimaguas, d’où l’on peut prendre un aéroglisseur pendant 3 h pour arriver à Lagunas. Ce trajet peut s’effectuer en embarcation publique pour une somme beaucoup plus modique, mais dure alors 12 h.

– Depuis Pucallpa, il faut prendre un aéroglisseur pendant 8 h jusqu’à Victoria. Ce trajet peut durer 48 h en embarcation publique.