Religion catholique au Pérou

Religion catholique au Pérou

Plus de 85% de la population péruvienne se revendique catholique pratiquant.

Eglise catholique péruvienne

Le Pérou a gardé le catholicisme comme religion d’Etat depuis la colonisation espagnole jusqu’en 1979. Plus de 85% de la population péruvienne se revendique toujours catholique pratiquant. La ferveur populaire est très présente, bien qu’en recul dans les grandes villes. Les nombreuses églises sont animées d’un incessant va-et-vient de fidèles, parfois juste de passage pour toucher les pieds du Christ exposé près de l’autel, ou déposer une fleur aux pieds de la sainte patronne locale.  Les communautés religieuses catholiques implantées depuis les débuts de la présence espagnole gèrent de nombreuses écoles, hôpitaux et structures sociales.

Danses de fête religieuse, Pérou

Evangélisation du Pérou

Le Pérou  a été converti à la religion catholique en même temps qu’il a été colonisé par les conquistadors espagnols, venus avec des prêtres missionnaires dès leurs premières expéditions. La conception de la religion par les colons était particulièrement intransigeante, influencée par la lutte contre toute forme d’hérésie alors menée en Espagne à l’occasion de la contre-réforme et de l’inquisition. Appliquant les mêmes méthodes violentes, l’évangélisation du Pérou est passée par la destruction des temples incas et la persécution des chamans. On trouve dans les chroniques de l’époque nombre de récits de dignitaires  incas brûlés vivants pour ne pas avoir accepté d’embrasser la foi chrétienne.

Processions, fêtes et cérémonies religieuses du Pérou

On recense près de 3 000 fêtes religieuses à travers le pays, tout au long de l’année. Les saints patrons péruviens les plus populaires et les plus fêtés sont Sainte Rose de Lima, Saint Martin de Porres et Saint Torribio de Mogrovejo. Certaines processions réunissent des centaines de milliers de pèlerins à l’occasion des fêtes du Seigneur des Miracles à Lima, du Seigneur des Tremblements et du Corpus Christi, tous deux à Cusco, de la Vierge de Chapi pour chaque fête mariale de l’année ou de la Vierge  de la Chandeleur à Puno. On assiste par ailleurs depuis les années 1980 à une forte croissance de la présence des églises évangélistes, qui concerne un dixième de la population péruvienne.