Voyage en octobre au Pérou: circuit, séjour, climat

Voyage au Pérou en octobre

Le Pérou, sa richesse culturelle millénaire, ses saveurs uniques, ses paysages à couper le souffle… Il n’y a qu’à adapter son voyage à la saison, et vous voilà partis pour un voyage de rêve! Nos conseils.

Sur le littoral, on sort des mois les plus froids de juin à août, mais pas de la garúa, un brouillard qui cache durablement le soleil autour de Lima. Mieux vaut aller au nord, pour profiter d’une température de l’eau plus clémente toute l’année. Sur les plages célèbres de Mancora ou Tumbes, la côte est en effet à l’abri du fameux courant froid de Humboldt, et il est plus facile de se risquer à quelques brasses. Sinon, le sable présent tout le long du littoral vous offre les conditions idéales pour entretenir votre bronzage durant votre séjour.

Dans la cordillère des Andes, on n’est pas encore entré dans la saison des pluies. C’est un bon mois pour explorer l’altiplano. La chaleur de l’été s’approche, et il est important de vous protéger des insolations et coups de soleil pour profiter en toute sérénité des lieux mythiques du Machu Picchu et du Titicaca. Un autre bon objectif de randonnée, pour ceux qui aime les paysage de haute montagne : la mythique Cordillère Blanche et ses lacs turquoise entourés de forêts de queñuas, au pied des sommets enneigés.

C’est une des meilleures périodes pour visiter l’Amazonie, puisque le temps est un peu plus sec, et les animaux sauvages sortent plus à découvert. La zone garde l’humidité typique de son climat tropicale et il est important de se munir d’un imperméable pour toutes les randonnées, même lorsque le temps paraît au beau fixe. Au tout début du mois d’octobre, la plus longue course de rafting au monde a lieu entre Nauta et Iquitos. Appelée « Great Amazon River Raft Race », elle rassemble des passionnés venus du monde entier s’affronter aux équipes locales qui connaissent le fleuve mieux que personne.

Le 4 octobre, c’est la fête de la Vierge du Rosaire dans de nombreuses villes comme Lima, Arequipa, Apurímac ou Cusco. Près de Huaraz dans la localité d’Ancash, les cérémonies traditionnelles prennent une dimension théâtrale avec le rappel des croisades, très présentes dans les esprits des colons espagnols à l’époque de l’évangélisation du Pérou. Tout est le fruit d’un complexe métissage entre cet héritage historique et les croyances précolombiennes toujours vivaces de nos jours.

Le 18 octobre, la fête du Seigneur des miracles commémore le miracle survenu lors du grand séisme de 1655, qui a protégé le mur d’adobe portant une icône peinte par un métis alors que tous les quartiers de Lima et Callao  s’effondraient. Des milliers de fidèles vêtus de violet portent en procession le saint patron de Lima à travers le centre ville. C’est aussi l’ouverture de la saison des corridas.