Voyage à Cajamarca, Pérou : séjours et guide, information, tourisme

Voyage à Cajamarca : séjours et guide, information, tourisme

Géographie, climat, histoire, fêtes, patrimoine, musées, monuments, hôtels, transports.

Situation géographique de Cajamarca

Cajamarca vient du mot quechua Kashamarka qui signifie village d’épines.  C’est une ville située à 2750 m d’altitude sur le versant oriental de la Cordillère andine, dans la vallée des rios Mashcon et Chonta, au pied des monts Cumbe, Shilcona et Cajamarcorco. La ville a triplé de population en trente ans, et compte aujourd’hui 229.000 habitants. Cette croissance démographique importante est liée au développement des activités minières de la région; la mine Yanacocha créée en 1992 produit depuis 2005 par an plus de 100 tonnes/m3 d’or, ce qui pèse pour la moitié de la production nationale.

Climat de Cajamarca

Cajamarca est le point de jonction entre les Andes semi arides du Pérou et les Andes humides d’Equateur. Elle bénéficie d’un climat sec et tempéré. La saison des pluies s’étend de décembre à mars. Sa température moyenne annuelle est de 15,8 °C, avec des maximales à 21 °C et des minimales à 6 °C. Pendant l’hiver, de mai à septembre, il peut faire froid la nuit, mais la journée reste le plus souvent assez chaude grâce à l’ensoleillement. Voir notre fiche : Quand partir au Pérou.

Histoire de Cajamarca

La ville est connue pour avoir été le théâtre de la capture de l’Inca Atahualpa par le conquistador Francisco Pizarro en 1532. Venu avec une escorte d’apparat pour parlementer, il tombe dans une embuscade des Espagnols, et fait prisonnier dans son propre palais. Il espère racheter sa liberté contre une rançon considérable : il fait remplir la pièce où il est détenu d’objets en or et d’argent venus de tous les coins de son immense empire. Mais inquiets des rumeurs au sujet de l’approche d’un soutien armé inca en route, les Espagnols le font mettre à mort après en 1533 lui avoir imposé le baptême catholique sous peine de le brûler, ce qui empêcherait son culte après la mort selon la culture inca. Cet épisode est crucial dans la chute de l’Empire inca, puisque privé de leur tête, toute l’organisation inca s’effondre rapidement.

Sites d’intérêt : que voir à Cajamarca ?

Le cerro de Santa Apolinia surplombe du haut de ses 2.764 m la Place d’armes située à 2 pâtés de maisons ; il offre un beau panorama sur les églises et bâtisses du centre historique. Formation d’origine volcanique, il est considéré comme un lieu sacré dès la culture Chavin en 1200 avant J.-C., sous le nom de siège de pierre, et abrite des sépultures importantes. Ensuite baptisé mont Alverne par les Franciscains, il tient son nom actuel d’une petit chapelle dédiée à sainte Apolline.

Le cuarto del rescate est la pièce encore visible du palais où a été détenu l’Inca Atahualpa pendant les 8 mois qui ont séparé sa capture de son exécution. Il consiste en une belle bâtisse de pierres de taille assemblées parfaitement, selon le style architectural typiquement inca. On y voit toujours la marque rouge au mur, qui devait mentionner le niveau à atteindre par la montagne d’or et d’argent pour que la rançon soit considérée comme payée.
Le couvent de la Recoleta se situe à 500 mètres de la Place d’armes, et abrite une annexe du collège San Ramon. Edifiée au XVIIIe siècle, sa nef en coupole est surmontée de deux clochers murs.

La cathédrale Santa Catalina se situe au nord ouest de la Place d’armes. Classée au patrimoine historique de la nation en 1972, c’est un des plus beaux exemples d’architecture baroque de la région. Elle est commencée dès le XVIIe siècle, avec une façade de pierres volcaniques abondamment sculptées et cinq clochers aujourd’hui disparus. L’autel principal fascine par la quantité d’or qui le recouvre. De beaux autels latérals dédiés à Sainte Rose de Lima, Saint Martín de Porres et la Vierge del Carmen attirent aussi le regard, ainsi que l’immense baptistère à gauche en entrant dans l’église, dont le pied plonge dans une crypte, et la vasque continue au niveau des autels.

L’église San Francisco a une façade très ouvragée, typique du baroque espagnol. Elle donne sur une place au sud est de la Place d’armes. Ses trois nefs sont édifiées au XVIIe siècle sur un plan de l’architecte espagnol Matías Pérez Palomino. La chaire est particulièrement ouvragée, et tous les murs généreusement ornés. Ses tours ne sont terminées qu’en 1959, pour ne pas avoir à payer l’impôt levé par la couronne espagnole. Elle est mitoyenne du sanctuaire de la sainte patronne de la ville, la Vierge des Douleurs, qui abrite un musée d’art religieux, une pinacothèque et des catacombes.

L’église de la Conception, aussi dite des religieuses, est attenante à un couvent où vit un ordre religieux féminin de clôture : les conceptionnistes déchaussées. Construite en pierre volcanique, elle a la façade toute peinte de blanc et bleu, aux couleurs mariales.  Sa tour et son clocher se dressent depui 1.806 sur la place des religieuses, au coeur de la ville. Elle renferme de beaux autels et retables en bois et en bronze. 

Le Conjunto de Belén se compose de trois ensembles d’édifices importants: l’église de Belén, l’hôpital d’hommes attenant et l’hôpital de femmes, juste de l’autre côté de la rue. Construit au XVIIe siècle, il est d’abord géré par les Jésuites, puis repris par les Bélemnites après leur expulsion.  Il accueille aujourd’hui la direction régionale de la culture de Cajamarca.

L’ancien hospice pour femmes du complexe de Belén abrite aujourd’hui un petit musée archéologique et ethnologique. Une chambre témoin de l’ancien usage de l’édifice qui abritait les malades côtoie des céramiques ou des instruments de musiques précolombiens. On peut suivre toute l’histoire et la succession des diverses cultures au fil des objets qui sont exposés, ainsi que comprendre les rituels traditionnels des peuples qui ont précédé.

Les environs de Cajamarca

Cumbe Mayo est un site situé à 19 km de la ville, qu’il surplombe du haut de ses 3.500 m de haut. L’érosion du vent et du temps a façonné un étrange paysage de roches, appelé le bosquet de pierres. Le site est connu pour son extraordinaire aqueduc taillé avec précision dans la roche en 1.500 avant J.-C. par la culture précolombienne cajamarca, pour acheminer l’eau du bassin amazonien au bassin atlantique. Ce chef d’œuvre de technique hydraulique est par endroit orné de pétroglyphes qui suggèrent un culte à l’eau.

Les fermes laitières font partie de la fierté régionale. Cajamarca a une tradition agricole ancienne, et a été pionnière dans l’élevage de vaches laitières, en sélectionnant les races dès 1940; on y produit aujourd’hui plus de 200.000 litres de lait par jour. Elle exporte aussi des cultures intensives de canne à sucre, coton, riz, pomme de terre, maïs et blé.
Pour n’en citer que deux, la Fromagerie La Colpa est une ancienne hacienda où l’on appelle les vaches par leurs prénoms, tandis que la Granja Porcon, créée par la Coopérative Atahualpa Jerusalem, gère une des plus grandes plantations de pins du pays, ainsi qu’un petit zoo.

Fêtes de Cajamarca

Fin février, le carnaval de Cajamarca est le plus connu du Pérou. Les préparatifs commencent des mois avant, avec la confection de costumes, la répétition de danses… Les festivités durent 9 jours, durant lesquels se succèdent sans trêve défilés, fêtes déguisées, batailles d’eau et de peinture.
Fin mai, la fête de Corpus Christi fait affluer des pèlerins de tous les villages des alentours pour des célébrations festives et colorées.
Le 28 juillet, las fiestas patrias commémorent l’indépendance du Pérou. En plus des traditionnels feux d’artifices et fêtes populaires, Cajamarca programme souvent des corridas de taureaux dans ses arènes.

Restaurants : où manger à Cajamarca?

Le restaurant de l’hôtel Costa del Sol, le Tiesto, est une bonne option, agréable et lumineuse pour déjeuner ou dîner à côté de la cathédrale.
De l’autre côté de la place d’armes,  le restaurant Salas propose des plats du jour savoureux et des spécialités locales comme le manjar blanco.
Dans la rue du Cuarto del Inca, le restaurant Don Paco a une belle carte de piscos sour à l’aguaymanto ou aux herbes, pour compenser le temps pris par la préparation de ses spécialités; poêlée de champignons, côtes de porc, magrets de canard ou lomo maison.

Hôtels : où dormir à Cajamarca?

L’Hôtel Costa del Sol de Cajamarca offre les services d’un personnel impeccable, en plein centre historique de la ville. Son restaurant, voisin de la cathédrale, donne sur la place d’armes, et permet de savourer de bons plats tout en profitant de la vue. La Posada del Puruay est située en dehors de la ville, à ¼ d’heure de route environ. Cette estancia coloniale, entourée de jardins au milieu des pâturages, est un havre de paix. Elle propose des activités familiales, dont d’agréables promenades à cheval ou à vélo, ainsi que des jeux pour les enfants.

Transports : comment se rendre à Cajamarca?

L’aéroport de Cajamarca est à 5 km au sud ouest du centre ville, accueille des liaisons quotidiennes vers Lima, en 1 heure de vol. Par la route, Cajamarca est à égale distance de Chiclayo et Trujillo, toutes deux à 6 heures de trajet.