La culture Chancay, au Pérou

La culture Chancay

La culture Chancay s’est développée de 1200 à 1500 après J.-C., après l’effondrement de la civilisation Huari, sur le littoral.

Economie vivrière

La culture Chancay s’est développée de 1200 à 1500 après J.-C., après l’effondrement de la civilisation Huari. Elle occupe le littoral central du Pérou actuel, et tire son nom de la vallée de Chancay à 80 kilomètres au nord de Lima. Peuple de pêcheurs et de paysans, les Chancays ont développé l’agriculture dans les quatre vallées fertiles de Chancay, Chillon, Rimac et Huaura, en tournant le dos au désert de la côte. Leurs activités étaient structurées autour de centres politiques et religieux, comme Pisquillo Chico.

Tête de fardeau funéraire chancay, musée Larco

Artisanat textile

Ils ont affinés les techniques textiles déjà élaborées par la civilisation Paracas. Les artisans maîtrisaient à la perfection le travail de la matière comme la broderie et le brocard, mais aussi de la couleur avec diverses teintures et motifs appliqués à l’aide de pochoirs. On a pu retrouver des traces de pelotes de laine, fuseaux, aiguilles, corbeilles à ouvrage, métiers à tisser et même patrons des motifs à réaliser.

Céramique bicolore chancay, Musée Inka de Cuzco

C’est dans les immenses nécropoles des Chancays que l’on a retrouvé parmi les plus riches étoffes. Elles servaient à emmailloter les corps momifiés des défunts pour former un ballot funéraire ensuite muni d’un masque funéraire. Des poupées funéraires en tissus, gazes et roseau ont été retrouvées près des fardeaux funéraires. Elles avaient sûrement une fonction d’offrande, en imitant l’image d’un proche, ou d’une période de la vie du défunt. Elles ont été hélas pillées sans retenue au fil des siècles.

Dignitaire chancay, Museo MNAAHP, Lima

Artisanat céramique

Les Chancays sont surtout connus pour leurs céramiques reconnaissables au vernis blanc plus ou moins parsemé de motifs géométriques noirs. La forme des vases est assez massive, obtenue par la technique du moulage héritée des Chimus. Les ustensiles de la vie quotidienne comme les gobelets et les jarres sont ornés de symboles géométriques plus simples. Les vases plus élaborés sont souvent composés d’un corps oblong et d’un col court surmonté d’un visage modelé et peint. Ils représentent en général des hommes,  des animaux ou des végétaux.

Céramique vêtue chancay, Musée Inka de Cuzco

Les pièces les plus artistiques sont les urnes funéraires, les cuchimilcos, statuettes votives féminines et les chinas, jarres anthropomorphes ainsi nommées à cause de leurs yeux soulignés de noir. Une grande quantité de pièces ont été retrouvés dans les nécropoles d’Ancón entre les vallées de Chillón et Chancay. En effet, d’illustres dignitaires y ont été enterrés, le visage couvert de masques somptueux et le corps enveloppé de superbes tissus. Ces lieux funéraires, parmi les plus étendus du Pérou, combinaient des fosses assez primitives avec des caveaux rectangulaires beaucoup plus élaborés.  Ils ont tristement été l’objet d’un important trafic international d’œuvres stimulé par le succès de l’art précolombien.