Boissons péruviennes, Pérou : chicha, pisco...

Boissons péruviennes, Pérou : chicha, pisco…

Tout ce qui se boit traditionnellement au Pérou, de la chicha de mora au vin, du masato au maté, de l’inca kola à la bière.

Chicha morada du Pérou

La chicha de jora
La chicha de jora est une boisson alcoolisée réalisé à partir de la fermentation des grains de jora, une variété particulière de maïs séchée au soleil et cuite au four. Elle a une couleur jaune pâle proche de celle de la bière. Héritage direct de la civilisation inca, cette boisson a perdu son sens rituel pour devenir la boisson quotidienne du pays. A ne pas confondre avec la chicha morada qui n’a pas d’alcool.

La chicha morada
Il existe aussi une chicha sucrée et citronnée qui prend la couleur mauve sombre du type de maïs utilisé appelé morado. La chicha morada se fait en portant à ébullition ce maïs avec des épices, clous de girofle, cannelle. Refroidie, elle est parfois servie avec de petits dés d’ananas ou de pomme verte. Boisson particulièrement désaltérante.

Epices et condiments du Pérou

Le masato
Le masato est préparé à partir de manioc qu’on laisse fermenter dans une jarre pleine d’eau sucrée pendant plus d’une semaine. Dans la tradition, le manioc était mastiqué et recraché dans le récipient pour que l’amidon soit transformé en sucre par les enzymes de la salive, et puisse ainsi fermenter en alcool. Cette recette des tribus amazonienne a laissé place à un procédé industriel de broyage auquel on adjoint de la levure de pain pour obtenir un résultat similaire plus acceptable pour le marché actuel.

Smoothie aux fruits

L’emoliente
La tradition est de prendre cette boisson traditionnelle tôt le matin, ou dans la soirée. Des marchands ambulants en servent des gobelets dans les rues des villages et des villes. Réputée bonne pour la digestion, la circulation et la respiration, elle tire sa grande popularité de ses propriétés médicinales et de sa grande simplicité. De faible apport calorique, elle concentre beaucoup de minéraux et de vitamine C. La boisson est à base de l’orge grillé relevé par du jus de citron et des herbes médicinales. Elle est parfois agrémentée de jus de fruits frais (carambole, fruit de la passion, fraises, bananes, oranges, papayes…), de miel ou de cannelle.

Inca Kola sur le marché de Cusco

La maca
C’est une racine andine prisée depuis 2600 ans pour ses propriétés énergétiques et aphrodisiaques. Variant du jaune clair au violet foncé, ses quatre variétés sont cultivées à une altitude de 2 700 à 4 300 m. Pendant la conquête espagnole, les Incas l’utilisèrent même pour payer les impôts des colons.

Le mate de coca
Le maté est une sorte d’infusion de feuilles de plantes sur lequel on verse de l’eau chaude, de diverses manières selon la tradition nationale. Au Pérou, il est très souvent consommé avec des feuilles de coca. La coca est appréciée pour ses vertus roboratives et anesthésiantes ; elle permet accroître la résistance à la faim, à la fatigue, à la douleur et au mal d’altitude.

La cerveza cusqueña

L’Inca Kola
il s’agit de la deuxième boisson non alcoolisée vendue après le Coca Cola au Pérou. C’est un soda assez sucré fabriqué à partir d’arômes de verveine citronnée. L’entreprise fut créée en 1935 par Mr Lindley, immigrant d’origine britannique installé à Ica et est l’une des rares entreprises de sodas à résister au rachat par Coca Cola.

Les bières principales du Pérou sont la Cusqueña (de Cusco), l’Arequipeña (d’Arequipa), la Pilsen Callao (du Callao), la Cristal (de Lima) et la San Juan (de l’Amazonie).

Vins et piscos du Pérou

Le vin n’est arrivé au Pérou qu’avec les conquistadors espagnols au XVIIe siècle, notamment pour fournir du vin de messe à communautés venues évangéliser le nouveau monde. Mais la région semi désertique d’Ica, qui abrite la majeure partie du vignoble péruvien, reste très aride pour la culture de la vigne, avec une hygrométrie quasiment nulle. Le Chili et l’Argentine ont rapidement pris le dessus dans la production régionale de vin.