Voyage en avril au Pérou: circuit, séjour, climat

Voyage au Pérou en avril

Le Pérou, sa richesse culturelle millénaire, ses saveurs uniques, ses paysages à couper le souffle… Il n’y a qu’à adapter son voyage à la saison, et vous voilà partis pour un voyage de rêve! Nos conseils.

Dès le mois d’avril, le littoral péruvien retrouve son manteau de brume dans la région de Lima. Appelé garúa, ce brouillard humide donne un charme particulier à la côte, mais ne facilite pas le bronzage. Sans soleil, il devient difficile de se baigner en raison de la fraîcheur de l’eau due au courant océanique froid de Humboldt. La seule solution pour les fanatiques de la plage est de remonter le littoral péruvien vers le nord, en direction de Tumbes et Piura, qui restent à l’abri de ce phénomène climatique.

Dans les Andes, le mois d’avril est encore humide ; si le soleil fait plus souvent son apparition, le climat est encore instable et la température ressentie peut varier de 10 °C dans la même journée comme l’importante altitude et le vent amplifient l’amplitude thermique. Vous pouvez profiter du superbe spectacle des terrasses agricoles verdoyantes à flanc de montagne, en cette fin de saison des pluies. Et si une averse vous surprend entre deux promenades, vous pouvez vous abriter dans les ateliers d’artisans et les églises coloniales.

En Amazonie, c’est la fin de la saison des pluies. Les averses restent fréquentes que ce soit à Puerto Maldonado ou Iquitos, mais elles ne durent pas, et libre à vous d’explorer la végétation luxuriante ensuite. On entre dans la meilleure saison pour s’aventurer dans le milieu tropical, observer des animaux exotiques et se promener à travers la jungle. Attention toutefois à ne jamais s’aventurer seul loin de votre lodge; la nature, si belle, peut surprendre ceux qui ne sont pas familiers.

Le 1er avril est le jour de la fête de la Vierge de Copacabana dans de nombreuses localités du Pérou, tout particulièrement à Chuquibamba près d’Arequipa. Elle commémore une apparition en 1583, dans la ville éponyme située sur la rive aujourd’hui bolivienne du lac Titicaca. A cette occasion, des foules de fidèles catholiques se rassemblent dans un climat festif et fervent, pour des processions et des célébrations religieuses.

Le 3 avril, c’est le jour de l’amitié péruvienne – japonaise en mémoire de l’arrivée du Sakura Maru, le premier bateau d’immigrants venus du Japon en 1889. La communauté nikkei issue du métissage des deux peuples organise à cette occasion une réunion officielle au Congrès, ainsi que toutes sortes d’événements traditionnels comme la cérémonie du thé, un moment de recueillement bouddhiste et des dégustations de plats typiques.

Du 22 au 30 avril, c’est au tour de la Virgen de Chapi d’être vénérée à Huancayo, dans la région d’Arequipa. Après la messe solennelle et la procession jusqu’à son sanctuaire, une feria gastronomique, des danses traditionnelles et des feux d’artifices égaient la ville blanche. C’est l’occasion pour chacun de renouer avec le folklore local, dans un climat à la fois festif et pieux caractéristique de bien de fêtes péruviennes.

Le 25, Tumbes organise chaque année un festival du ceviche, pour promouvoir ce plat de poisson cru mariné devenu emblématique du pays. Les meilleurs chefs du pays se retrouvent pour une compétition gastronomique. A la même date, Callahuanca a lancé le festival de la chirimoya dans la vallée liménienne de Santa Eulalia. Les visiteurs se pressent pour déguster des pâtisseries, glaces et autres réalisations à base de ce fruit savoureux. Ils peuvent même arroser leurs mets de chiripisco, l’alcool de raison local décliné avec de la chirimoya. Ces réjouissances culminent avec l’élection de la reine de la chirimoya.

La Semaine sainte, en mars ou avril selon la date de Pâques qu’elle précède, est marquée par de grandes célébrations religieuses et des pèlerinages dans tout le pays. Que l’on soit croyant ou pas, c’est un moment tout particulièrement apprécié pour le spectacle émouvant de la ferveur populaire et des grands défilés traditionnels. Les grandes villes comme les plus humbles villages organisent quasiment quotidiennement des processions magnifiques, où chacun se pare de ses plus beaux atours. Arequipa, Huancayo, Huaraz, et surtout Ayacucho figurent parmi les villes les plus prisées pour admirer ces traditions.