La culture Nazca du Pérou

La culture Nazca du Pérou

La culture Nazca s’est développée entre 300 avant J.-C. et 800 après J.-C. sur le littoral désertique environnant la ville actuelle d’Ica, au sud du Pérou. Elle a succédé aux Paracas sur le territoire qui s’étend de la côte pacifique aux Andes, plus au sud que l’autre civilisation côtière contemporaine, les Mochicas.

Mode de vie et urbanisation

Toute la culture Nazca s’organise autour des Rios Ica et Nazca, pour résister à l’aridité extrême de l’environnement. Les  villages sont des huttes coiffées d’un toit de chaume, qui bordaient les surfaces agricoles cultivées. Elles s’organisent autour de la pyramide où ont lieu les cérémonies rituelles. Un de ces temples a été retrouvé à Cahuachi, à 6 km de l’actuelle ville de Nazca, haut de plus de 40 plateformes dont certaines atteignent 20 m de haut. Toute une myriade de personnages mythiques guerriers ou chasseurs sont sculptés ou peints sur les parois rocheuses et à flanc de pyramide.

Cantaro à félin, Musée archéologique Jenkins, Ica

L’économie Nasca repose sur une agriculture irriguée très sophistiquée mais aussi sur la pêche côtière. Situés dans une des régions les plus sèches du monde, dans d’étroites vallées-oasis, les Nascas ont su mettre en valeur des terres arides en élaborant un système de galeries filtrantes (puquios) capables de capter les eaux souterraines.

Géoglyphes et aqueducs

La culture Nazca est surtout connue pour ses géoglyphes, immenses lignes tracées à même le sol aride du désert de la pampa de San José. Les lignes de Nazca forment plus de 350 dessins d’animaux stylisés et de signes géométriques, qui sont resté en parfait état de conservation grâce à l’extrême sécheresse de la région. Plusieurs théories ont tenté de décrypter leur sens et leur fonction, qui reste mystérieux. Elles étaient peut être des chemins de procession pour demander de la pluie aux dieux.

Pectoral nazca de plaques de spondylus princeps, Museo MAP Cuzco

Mais il ne faut pas que les lignes éclipsent le reste de l’héritage culturel nazca. Cette civilisation a par exemple su mettre au point un réseau d’aqueducs souterrains pour irriguer l’agriculture dans les vallées du Rio Grande. Ce dispositif est encore fonctionnel de nos jours, preuve s’il en est de son ingéniosité et sa résistance au cours du temps.

Artisanat d’art

La maîtrise du textile est l’un des héritages de la culture Paracas qui les a précédés sur ces mêmes terres. Affinées par les Nazcas à leur tour, les toiles sont à base de coton ou laine de lama et d’alpaga finement tissées, puis brodées de motifs complexes de plus en plus abstraits au fur à mesure du développement de la civilisation. La principale source d’inspiration est la faune des alentours, avec une préférence marquée pour les prédateurs comme le faucon ou le condor dans les airs, le puma ou le jaguar sur terre et la baleine en mer. Côté flore, ce sont les fruits et légumes comestibles tels que le pacae, la lucuma, l’ail, le mais et les haricots qui remportent tous les suffrages. D’autres dessins symboliques évoquent le culte de l’eau et les rituels de sacrifice, avec le motif récurrent des têtes trophées.

Coiffe, Musée archéologique Jenkins, Ica

La céramique nazca s’appuie aussi sur l’héritage de la culture Paracas, devient le support de superbes œuvres polychromes ornées de motifs abstraits et zoomorphes, dans le même style que les géoglyphes. Les couleurs employées sont des teintes chaudes ainsi que le noir et le blanc. La sélection de l’argile se fait avec grand soin, et les techniques de cuisson au four deviennent tout à fait maîtrisées, ce qui permet de stabiliser la qualité de la production.

La technique est de plus en plus élaborée et permet de donner le jour à de véritables œuvres d’art pour des objets à fonction avant tout domestique: bols, gobelets, vases et récipients à double goulot. On retrouve aussi des instruments de musique en poterie, comme des sortes de petits tambours et trompettes, ainsi que des flûtes de pan ou antaras.

Fin de la civilisation

Il semble que ce soit la conjonction d’une série d’inondations et d’un séisme très puissant qui ait provoqué l’effondrement de cet empire invaincu. Les Nazcas étaient de bons guerriers, et avait pour habitude de parader avec les trophées des  têtes des vaincus en ceinture. Les derniers Nazcas ont enterrés tous leurs édifices principaux d’argile avant de fuir ce lieu néfaste, ce qui a aidé à leur conservation au cours des siècles.