Voyage en mars au Pérou: circuit, séjour, climat

Voyage au Pérou en mars

Le Pérou, sa richesse culturelle millénaire, ses saveurs uniques, ses paysages à couper le souffle… Il n’y a qu’à adapter son voyage à la saison, et vous voilà partis pour un voyage de rêve! Nos conseils.

Les plages de la côte restent ensoleillées jusqu’à fin mars, mois qui marque la fin de la haute saison pour les stations balnéaires péruviennes. C’est en effet la fin de l’été et des grandes vacances, et les touristes locaux repartent du littoral nord qu’ils privilégient pour son ensoleillement et la température agréable de l’eau. Le séjour est d’autant plus agréable à Piura, Tumbes ou Mancora que les plages sont plus tranquilles.

C’est la fin de la saison des pluies et la région andine s’illumine sous les rayons d’un soleil attendu. Les alentours du Machu Picchu se parent de toutes sortes d’orchidées, et la flore est d’autant plus exubérante qu’elle a bénéficié de l’eau reçue au cours des derniers mois. Vers la fin du mois, le chemin de l’Inca redevient praticable pour les randonneurs, et pour les moins sportifs, c’est l’occasion de passer du temps dans les petits villages andins plus accessibles.

Dans la région amazonienne, renseignez-vous sur l’accessibilité de votre lodge au sortir de la saison des pluies. C’est un des moments où l’on peut observer le plus grand nombre d’oiseaux multicolores, particulièrement actifs pendant cette période. Certes des averses diluviennes peuvent vous surprendre, mais elles font partie de l’aventure. Elles sont en général de courtes durées, et suivies d’éclaircies dont on peut profiter pour découvrir la forêt étincelante de la dernière pluie.

La deuxième semaine de mars, la fête des Vendanges rassemble les amateurs de vin dans la région d’Ica, première zone viticole du Pérou située en bordure du littoral sud. C’est l’occasion de réjouissances qui culminent avec la dégustation du vin nouveau. La région voisine de Lunahuaná n’est pas en reste, avec de nombreuses animations proposées aux visiteurs, comme l’expérience très traditionnelle de fouler au pied les grappes de raisin.

Fin février ou début mars, le Verano Negro ou été noir est le moment fort de la riche culture afro-péruvienne. Aussi située dans la région du littoral sud du Pérou, elle a son épicentre dans la ville de Chincha dont les fincas ont longtemps utilisé la main d’œuvre africaine à l’époque de l’esclavage. L’héritage le plus impressionnant de cette époque est le rythme entrainant des musiques et des danses métissées, interprétées par les descendants des premiers esclaves travailleurs agricoles.