Tupac Amaru

Tupac Amaru

Quatrième et dernier Inca de Vilcabamba, il se battit contre les Espagnols.

Miniature de la caravelle Santa Maria, MNAAP, Lima

Túpac Amaru est le quatrième et dernier Inca de Vilcabamba. Il commence son règne après la mort de son frère Titu Cusi Yupanqui en 1570. Plus jeune et plus combattif que lui, Tupac Amaru provoque très vite une véritable déclaration de guerre aux conquistadors qui avaient signé une trêve avec son prédécesseur.

La citadelle de Vicabamba est alors prise d’assaut par les troupes espagnoles, et Tupac Amaru mis en fuite après de rudes combats. Rattrapé par les Espagnols, il est emmené à Cusco pour y être emprisonné. Après avoir échoué à le convertir au christianisme, ses geôliers le condamnent à mort avec ses généraux, anéantissant la dernière possibilité d’un retour de règne des Incas. Ultime résistant à la conquête espagnole, il est décapité sur la Place d’armes de Cusco le 24 novembre 1572, en présence d’une foule nombreuse.

Huayna Capac y Huascar Inca

Aujourd’hui, Túpac Amaru est un symbole politique pour les militants indiens du Pérou. Il est considéré comme le premier leader de la rébellion contre l’ordre imposé par les colons espagnols. A ce titre, il fut revendiqué comme emblème par diverses guérillas à travers les siècles. Par exemple, le meneur de la révolte indigène de 1780 se fit appeler Tupac Amaru II, et prétendit descendre du dernier Inca de Vilcabamba.

Par la suite, un mouvement péruvien communiste pris le nom de Mouvement Révolutionnaire Túpac Amaru. C’est aussi l’origine du nom des Tupamaros, terroristes marxistes uruguayens. Enfin, le célèbre rappeur 2PAC lui doit son nom de Tupac Amaru Shakur, choisi par sa mère qui était militante des Black Panthers aux Etats-Unis.