La culture Chachapoya, au Pérou

La culture Chachapoya

La culture Chachapoya s’est développée dès le VIe siècle en marge du large contexte socio-économique andin.

Des conditions géographique et climatique austères

La culture Chachapoya se développe à partir du VIe siècle en marge du large contexte socio-économique andin, dans un environnement naturel humide et montagneux dont elle tient son nom de peuple des nuages. L’extension de son territoire va à son apogée du rio Marañon à l’ouest au rio Huallaga à l’est, sur le versant oriental des Andes. Une végétation très dense couvre son relief accidenté. Les Chachapoyas complètent leurs récoltes agricoles dans la vallée d’Utcubamba par de la chasse de sanglier ou de cerf et l’élevage du cuy.

Citadelle chachapoyas de Kuelap

La citadelle de Kuelap

Kuelap est une citadelle fortifiée de 600 m de long sur 110 de large, protégé par un rempart de quasiment 30 m de haut. Située sur le flanc du rio Utcubamba à 3 000 m d’altitude, elle surplombe les environs et offre un point de vue sur plusieurs dizaines de kilomètres.  Les Chachapoyas construisent en pierres calcaires équarries et assemblées par un mortier de terre argileuse, cailloutis et brindilles. Les maisons ont un plan circulaire abrité par un toit conique de paille. Des frises géométriques de triangles et losanges ornent de bas-reliefs certains édifices.

Des rites mortuaires raffinés

Les mausolées et les sarcophages chachapoyas témoignent d’un culte des morts élaboré. Les sarcophages de Karajia et les mausolées de Revash sont particulièrement impressionnants, accrochés au flanc le plus abrupt d’une montagne. Au sein de chaque tombe, les corps momifiés étaient enveloppés de diverses couches de riches étoffes sur lesquelles étaient brodés les traits du visage du défunt.

Tête de sarcophage chachapoya, Museo MNAAHP, Lima

Un artisanat spécialisé dans le textile

Les offrandes funéraires de la Laguna de los Cóndores, aujourd’hui exposées au Musée Leymebamba, montrent le degré élevé de maîtrise des textiles tissés lors de la transition Chachapoya-Inca, ainsi que l’usage du cuir prélevé sur les animaux sauvages chassés pour des coiffes rituelles. La céramique chachapoya est en revanche assez simple, et consiste en des récipients bruns d’argile à usage domestique. Les décorations se résument à de légères incisions géométriques.