Alberto Fujimori

Alberto Fujimori

Cet ancien Président de la République du Pérou est né le 28 juillet 1938 à Lima de parents d’origine japonaise.

Alberto Fujimori

Alberto Fujimori est un ancien Président de la République du Pérou. Il est né le 28 juillet 1938 à Lima de parents d’origine japonaise. Son mandat dura dix ans, de 1990 à 2000. Il a été condamné en 2009 à une peine de 25 ans de prison qu’il purge dans une prison de Lima.

Alberto Fujimori a grandi dans la capitale du Pérou, sa famille y tenait un atelier de réparation de pneumatiques. Élève brillant, il sortira premier du collège et obtiendra par la suite un diplôme d’ingénieur agronome. Il enseigna les mathématiques et fut recteur de l’université Agraria de La Molina.

Il se présente aux élections présidentielles de 1990 face au célèbre écrivain Mario Vargas Llosa. Ultra favori dans les sondages, ce dernier peut compter sur le soutien de l’élite économique, politique et médiatique ainsi que sur la bienveillance internationale. Ce sera pourtant el Chino, surnom de Fujimori, qui l’emporta au second tour.

Bien qu’élu sur des thématiques populistes et électoralistes en opposition au programme néolibéral de Vargas Llosa, il entreprit une réforme économique très libérale sous la tutelle du FMI. Il privatisa de manière très rapide des centaines d’entreprises publiques. Par ailleurs il amorça une politique de grands travaux afin de moderniser le pays : construction d’écoles, de ponts et de routes, notamment. Il obtint ainsi une forte croissance économique et une stabilité sociale.

Alberto Fujimori

Le 5 avril 1992, Alberto Fujimori provoque un auto-coup d’état en renversant son propre gouvernement et en dissolvant l’assemblée. Ceci avait pour but de forcer l’adoption de mesures anti-terroristes visant à combattre plus efficacement la guérilla du Sentier Lumineux et du Mouvement révolutionnaire Tupac Amaru. Il en profite également pour réformer le pouvoir judiciaire. Après avoir fait adopter une nouvelle constitution en 1993, il est réélu en 1995 et obtient la majorité absolue au Congrès.

Il se représente en 2000 et gagne les élections malgré des accusations d’irrégularité. Suite à la diffusion de preuves de l’implication d’un de ses proches, le chef des services secrets, dans la corruption de membres du Parlement, il s’exile au Japon et est officiellement destitué.

Il est arrêté en 2005 à l’occasion d’un voyage au Chili, est extradé en 2007 et condamné en 2009 à 25 ans de prison pour violations de droits de l’homme, meurtres, corruption, crime contre l’humanité et  complicité de torture.

Malgré cette condamnation, le jugement porté par les Péruviens sur son action est contrasté et nuancé, notamment en comparaison avec le mandat mouvementé de son prédécesseur Alan Garcia : on lui reconnait souvent la pacification du pays avec la victoire sur les guérillas, ainsi qu’une gouvernance économique ayant mis le pays sur le chemin de la croissance.