Vivre et s'installer au Pérou: journaux du Pérou, adaptateurs...

Vivre et s’installer au Pérou : démarches et conseils pratiques

Tous nos conseils, démarches et formalités pour une installation réussie.

S'installer au Pérou

Le Pérou bat chaque année son record d’affluence touristique ; il a dépassé les prévisions avec ses 2,7 millions de touristes en 2012. La plupart sont des Japonais, Américains et Français  qui  font escale à Cusco et au Machu Picchu, puis reviennent découvrir les civilisations précolombiennes qui ont précédé les Incas, et profiter de la diversité de paysages et climats unique dans le monde.

En ce qui concerne les installations plus longues, le taux de croissance annuel de 10% rend attractif le Pérou pour de nouveaux migrants. Le solde migratoire est de moins en moins négatif, après une longue période d’émigration massive provoquée par la pauvreté et le terrorisme du Sentier Lumineux aujourd’hui dissous. Les nouveaux arrivants sont surtout des architectes et ingénieurs latino-américains, attirés par les grands chantiers qui ne cessent de se lancer dans le Pérou de ces dernières années. Il y a en effet un retard à combler en termes d’infrastructures d’accueil pour pouvoir bénéficier à plein de la manne touristique. On observe aussi des Européens tombés sous le charme du Pérou, qui se lancent souvent dans la création d’entreprises de services pour tirer profit de la manne touristique du pays.

Formalités  d’entrée et de séjour au Pérou

Formalités d’entrée

Sachez qu’en cas de séjour inférieur à 3 mois, aucun visa ne vous sera demandé; votre passeport valide suffit. Les règlements péruviens sur l’immigration permettent aux touristes un séjour de 2 à 6 mois; ne pas hésiter à demander poliment le maximum. Depuis peu, il est possible de dépasser la limite de 183 jours dans le pays, en s’acquittant d’une amende d’1 $ par jour supplémentaire lors de votre départ.

Les documents nécessaires pour faire sa demande de visa touristique pour une période plus longue sont : un passeport valide, son billet d’aller-retour et une réservation qui montre son statut de touriste, le paiement des frais consulaires au consulat du Pérou de son pays, le formulaire de demande de visa, deux photos d’identité conformes, un extrait de son casier judiciaire, un relevé bancaire ou une carte de crédit internationale pour montrer sa solvabilité financière.

Pour faire sa demande de visa d’affaires, il faut ajouter une lettre sur l’objet de la visite professionnelle au Pérou, à l’en-tête de l’entreprise qui vous invite au Pérou et traduite en espagnol, une lettre qui l’engage à couvrir vos dépenses pendant votre séjour ; ou une lettre de son homologue péruvien s’il y a lieu, ou une attestation formelle de votre statut d’indépendant.

Les visas sont traités dans le consulat du Pérou située dans votre pays de résidence.
France : 50, Avenue Kléber, 75116, Paris. Tél: (+33-1) 53 70 42 00 Lu-Ve 9h à 18h
Consulat du Pérou à Paris.
Belgique : Avenue de Tervueren 179, 1150 Bruxelles. Tél: (+322) 733 3319 Lu-Ve 9h à 17h Consulat du Pérou de Bruxelles
Suisse : Thunstrasse Nº 36, 3005, Berne. Tél: (+41-31) 351 8555 Lu-Ve 9h à 12h et 14h à 17h Consulat du Pérou à Genève.
Canada : 130 Albert Street, Suite 1901, Ottawa, Ontario – K1P 5G4. Tél: (+1-613) 238 1777 Lu-Ve 9h à 17h Consulat du Pérou à Montréal.

Formalités  d’entrée et de séjour au Pérou

C’est le service péruvien d’immigration qui prend le relais des formalités à votre arrivée. Il délivre une Carte Andine de Migration (TAM) à l’entrée dans le pays, avec le sceau et la date d’admission. Ce document doit être conservé tout au long du séjour, et sa présentation est obligatoire dans les hôtels, ainsi que pour repartir du pays. A conserver d’autant plus précieusement qu’il s’agit d’un petit papier volant facile à perdre.

En cas d’urgence une fois sur le territoire péruvien, ce sont les services consulaires de votre pays d’origine qui vous indiquent démarches et procédures à suivre à Lima.
Consulat de France à Lima: Avenida Arequipa 3415, San Isidro, Lima 27  Tél. (+511) 215 84 00 www.ambafrance-pe.org
Représentant de l’Ambassade du Pérou à Paris : 6, rue Cimarosa 75116 Paris Tél : (+33-1) 44 05 27 00
Ambassade de Belgique à Lima : Avenida Angamos Oeste, 380 Miraflores, Lima 18 Tél. (+51) 999 965 550 contact visa : lima.visa@diplobel.fed.be
Ambassade de Suisse à Lima : Avda. Salaverry 3240, San Isidro, Lima 27 Tél.: +51 (0)1 264 03 05 contact visa : lim.visa@eda.admin.ch
Ambassade du Canada à Lima : Bolognesi 228, Miraflores, Lima 18, Perú Tél : 51-1-319-3200 lima@international.gc.ca

Etudier au Pérou

Universités et échanges

Les  grandes universités publiques et privées de Lima ont souvent des partenariats avec les grandes universités et écoles privées françaises. Un système d’accréditation universelle a été mis en place pour mettre de l’ordre dans la profusion d’établissements nés ces dernières années, parfois au détriment de la qualité de l’enseignement délivré. Parmi les plus fiables, on peut citer la Pontificia Universidad Católica du Pérou fondée à Lima en 1917 et classée 23e en Amérique latine, et l’Université Nationale Mayor de San Marcos, l’une des plus anciennes du continent, à la 52e place. Juste à la suite, mentionnons aussi les structures publiques suivantes, qui jouissent d’une très bonne réputation : Université du Pacífico, Université Péruvienne Cayetano Heredia, Université de Lima et Université de San Martin de Porres. Du côté des structures privées, l’ESAN, la Graduate School of Business Administration, l’Université Péruvienne de Ciencias Aplicadas et l’Université San Ignacio de Loyola offrent aussi des formations de très bon niveau.

Trouver un logement au Pérou

Trouver un logement

La recherche de logement est facilitée par des sites d’annonces internet comme Craigslist.com. L’option de la colocation a l’avantage d’être plus économique et d’aider à sociabiliser rapidement dès son arrivée au Pérou. Attention toutefois à ne pas rester exclusivement en compagnie d’étrangers ; rien de tel que la vie en immersion avec les locaux pour apprendre rapidement la langue et les habitudes des Péruviens. Les prix des logements sont plus modérés qu’en France, et il faut compter minimum 800 soles par mois (environ 200 €) pour une colocation, ou 1200 soles par mois (environ 300€) pour un appartement individuel.  La coutume prévoit d’avancer le montant d’un loyer mensuel comme caution de garantie, qui doit vous être retournée en fin de bail, si tout est en ordre. A Lima, les quartiers les plus sûrs et animés sont Miraflores et Barranco (nombreux restaurants, bars et boutiques non loin de la plage), San Isidro (centre financier et économique de la capitale), Santiago de Surco et La Molina (zones résidentielles un peu plus éloignées du centre ville, mais proches de nombreuses universités).

Travailler au Pérou

Trouver un emploi ou un stage

La Chambre de commerce franco-péruvienne de Lima (CCIFP), basée à  Los Nogales 326 San Isidro, peut vous aider à avoir un panorama actualisé des perspectives d’emploi ou de création d’entreprise au Pérou, notamment avec ses réunions « initiatives entreprendre » récemment lancées.
Tél : (+51 1) 421 40 50 www.ccipf.com

Ubifrance, l’agence française du développement international des entreprises, a pour objet d’aider à l’implantation des entreprises à l’étranger. N’hésitez pas à utiliser le site internet d’Ubifrance pour votre recherche d’emploi.

Trouver un emploi

Le concept de stage est moins développé en Amérique latine qu’en Europe. Il existe cependant des plateformes de recherche de stage internationale qui peuvent s’avérer très utiles.

Le volontariat international en entreprise ou en administration (VIE / VIA) offre des missions professionnelles réservées aux jeunes âgés de 18 à 28 ans, étudiants ou en recherche d’emploi.

Enfin, n’oubliez pas que trouver un emploi ou un stage au Pérou passe surtout par les réseaux de connaissance: n’hésitez pas à sortir, vous intégrer, jouer au football ou accepter les invitations à dîner !

Transports

Se déplacer à Lima est facile grâce à un réseau de métro, une ligne de tramway qui dessert le centre, et les bus métropolitains qui connectent les 16 districts de Lima. Ils sont accessibles avec une carte électronique rechargeable et le prix d’un billet est d’environ 2,50 S/, valable pour des changements pendant 122 minutes.

Le Ferrocaril Central n’effectue  que la liaison Lima – Huancayo et encore, assez peu fréquemment. Mieux vaut traverser le pays en bus, aisément identifiables grâce à la nouvelle plateforme internet redBus. Sinon, les compagnies aériennes compagnies LAN Perú et Peruvian Airlines couvrent l’ensemble du territoire pour les liaisons internes.

Il y a de très nombreux taxis à Lima, dont le nombre total est estimé à 240 000 entre les services formels et informels. Pour plus de sécurité, prenez les taxis munis de licences officielles, aisément reconnaissables depuis 2014 grâce à la bande latérale qui longe leurs fenêtres, quadrillée de jaune et noir pour les taxis indépendants, et blanche et noire pour les véhicules d’entreprise. N’hésitez pas à demander à l’hôtel ou au restaurant de vous appeler une compagnie de taxi. Il existe aussi de nombreux services de camionnettes blanches qui font office de bus, mais sont assez incommodes à prendre, ne s’arrêtant qu’aléatoirement selon leur taux de remplissage.

Parler espagnol

Parler espagnol

L’Alliance Française dispense des cours de français, mais aussi d’espagnol et vous aidera à trouver des structures péruviennes.

L’espagnol, ou castellano, est parlé par plus de 80 % des Péruviens, dont c’est la langue officielle principale. La langue comporte des nuances selon la région ; plus proche de l’andalou sur le littoral et à Lima, elle incorpore beaucoup de mots de quechua dans les terres, et des influences d’idiomes locaux en Amazonie. La façon de parler reste plus lente que dans d’autres pays hispanophones et facilite la compréhension des étrangers.

Pour ceux qui veulent communiquer avec la population locale hors des sentiers battus, il est possible d’apprendre le vocabulaire de base des autres langues parlées au Pérou. Le quechua est pratiqué par 16 % de la population, surtout dans les Andes et la sierra. L’amayra est parlé par 3 % de la population, sur l’altiplano bolivien autour du lac Titicaca et dans le sud de Tacna. Les idiomes amazoniens sont utilisés en revanche par moins de 1 % de la population, et certains tendent à disparaître, quoique les principaux subsistent ;  l’asháninka avec 25.000 arawaks, l’aguaruna avec environ 38.000 jivaros ou le machiguenga  avec 10.000 personnes.

Téléphone, Internet et Electricité

La couverture GSM et l’accès au Wifi sont bon dans les villes, mais le signal disparaît dès que l’on s’éloigne des zones urbaines. Le cellulaire tribande ou quadribande donne l’accès aux réseaux locaux, dans la mesure où l’on a activé le forfait « monde » ou « roaming ». Attention, il faut l’activer une semaine avant de partir.
Les principaux opérateurs téléphoniques  du Pérou sont Claro, Movistar et Nextel. Il y a des téléphones publics en ville, mais le plus courant est le téléphone bleu à pièces mis à disposition dans des échoppes à même la rue. Les cartes prépayées, plus intéressantes pour les appels internationaux,  sont en vente dans les épiceries. Le préfixe des numéros péruviens appelés depuis l’étranger est le 0051.
Les prises de courant de 220 volts sont assez communes et ne requièrent pas d’adaptateur.

Décalage horaire
Le Pérou est à GMT-5 et n’a pas de changement d’heure selon la saison, ce qui augmente d’une heure le décalage avec les pays qui changent d’heure en été.
– par rapport à Bruxelles, Genève et Paris, le Pérou a 6 heures de moins (donc 6 heures de moins durant l’hiver français et 7 h de moins durant l’été français).
– par rapport à Londres et Lisbonne, le Pérou a 5 heures de moins.
– par rapport à New York et Montréal, le Pérou a 1 heure de moins.
– par rapport à Los Angeles et Vancouver: le Pérou a 2 heures de plus.

Santé

L’information santé des voyageurs et des expatriés se trouve sur le site de la CIMED.  Les vaccins recommandés sont les mêmes que dans le monde entier, pour se protéger du tétanos, de la poliomyélite et de la typhoïde. En cas de séjour dans la région amazonienne, le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire et il est conseillé d’être muni de protection anti moustique. Les autres conseils de santé sont les mêmes que pour tout voyage en pays étranger ; mieux vaut boire de l’eau minérale et consommer fruits et légumes cuits ou bien rincés. Pour de nombreux sites de la Cordillère des Andes, une petite mise en garde s’impose concernant le mal des montagnes ; il est conseillé de limiter ses efforts et de beaucoup s’hydrater. Enfin, le soleil est fort au Pérou, ne pas oublier de se protéger la peau et les yeux.

La sécurité au Pérou

Sécurité

Dans les grandes villes comme Lima, nous recommandons de ne mettre aucun objet de valeur, carte bancaire ou passeport dans des sacs voyants. Les vols à la tire sont fréquents dans les lieux touristiques. Le risque de vol augmente en général en proportion de la fréquentation touristique du lieu visité. Aussi vaut il mieux être vigilant dans le site du Machu Pucchu, dans le centre ville d’Arequipa, Cusco ou Lima. Les marchés aussi, lieux d’affluence, sont parfois l’occasion d’agir discrètement à la faveur de la foule pour les pickpockets.

Nous recommandons également de voyager avec une montre et des bijoux discrets. Pour l’appareil photo, utiliser si possible un sac anodin. Dans les restaurants, éviter de laisser son sac sur le dos du siège. Mieux vaut le mettre sur les genoux, ou enrouler la lanière autour de la jambe. Ne pas laisser son sac à main en bandoulière côté rue. Si une moto monte sur le trottoir, prêtez attention. Ne jamais laisser sa fenêtre conducteur ouverte au feu rouge. Eviter de retirer du cash aux distributeurs qui sont dans la rue.

Information et presse au Pérou

Mettez quelques billets de peu de valeur dans une de vos poches de façon à avoir sous la main de quoi donner à un éventuel agresseur pour s’en débarrasser rapidement. Le reste de votre argent et de vos possessions reste ainsi à l’abri des soupçons.

Si vous empruntez un taxi, munissez-vous de petites coupures. Les taxis n’ont souvent pas de monnaie, et il peut arriver qu’il vous rende des faux billets de Soles pour faire l’appoint.

Bureau de presse, Pérou

Informations et presse

Les quotidiens majeurs du Pérou sont El Comercio plutôt conservateur de droite, La Republica  plus orienté centre gauche et L’Expreso plus axé droite libérale, qui ont les tirages les plus importants, devant le Diario Correo et Peru 21. Vous pouvez vous tenir informé des informations locales en visitant leurs sites internet respectifs.

La commission pour la promotion des exportations et du tourisme du Pérou PROMPERU propose un site www.peru.travel dédié aux informations touristiques, dans le cadre de son programme d’assistance aux touristes IPERÙ.

Le risque sismique

Le risque sismique n’est pas négligeable au Pérou, particulièrement dans certaines zones très actives d’un point de vue tectonique. L’Ambassade actualise en permanence son plan de sécurité pour réagir plus efficacement en cas de catastrophe. Il repose sur une répartition de la communauté française en îlots de sécurité, en fonction de la zone de résidence. Afin de connaître votre chef d’îlot, veuillez contacter l’accueil consulaire au 215 84 25.

Les séismes au Pérou

Il est conseillé à tous les Français vivant au Pérou de faire parvenir à mphilippe.zedam@diplomatie.gouv.fr ou pilar.gallegos@diplomatie.gouv.fr  du consulat le nombre de personnes de leur  foyer, leur adresse e-mail, leur adresse postale, leurs numéros de téléphone fixe et portable, qui resteront confidentiels. L’inscription gratuite au registre de Français établis hors de France est aussi vivement conseillée. Dans tous les cas, il faut conserver son calme, suivre les instructions données et attendre les secours, si nécessaire. Tout séisme important est suivi d’une série de secousses secondaires ou répliques.

Séismes au Pérou, accrochez-vous!

Si votre assurance-maladie ne couvre pas les frais médicaux à l’étranger, il est conseillé d’avoir une assurance voyage qui couvre les coûts de votre santé au cours de votre visite au Pérou. Il existe différents types d’assurance en fonction du type d’activité touristique à réaliser mais, en général, il est préférable que la police prévoit une couverture pour la santé et les bagages. Les types d’assurance voyage varient d’une compagnie d’assurance à une autre, et vous pourrez les souscrire avant votre arrivée au Pérou. Demandez des informations à votre agent de voyage ou directement auprès des compagnies d’assurance, de préférence au moment de la réservation ou de l’achat de votre voyage.