Au cœur du plus important pèlerinage andin : Qoyllur’iti

Au cœur du plus important pèlerinage andin : Qoyllur’iti

Le pèlerinage de Qoyllur’iti attire plus de 50.000 fidèles venus braver le froid pour 5 jours de festivités fin mai ou début juin, 58 jours après Pâques.

Journée 1 : De Cusco à Mahuayani et au sanctuaire de Qoyllur Riti

Vous partez aux aurores de Cusco. Votre chauffeur remonte la vallée sacrée vers Puno et bifurque plein est pour emprunter la toute nouvelle route en direction de Puerto Maldonado. Vous pouvez à votre guise ménager vos forces pour les aventures qui se préparent, ou contempler le paysage de l’altiplano qui se transforme avec l’altitude, la vallée faisant place à la cordillère andine enneigée. Après 4h pour parcourir les 128 km de trajet, vous voilà arrivés au village de Mahuayani, point de départ du pèlerinage de Qoyllur’iti. Vous êtes à 4.070 m d’altitude dans la haute vallée de Sinakara. Vous respirez l’air pur de la montagne, au pied du glacier Qolqe Punku voisin de la cime de l’Ausangate.

Danses de Qoyllur Riti

C’est le point de départ de la marche de 8 km, estimée à 3 heures, pour vivre de l’intérieur le pèlerinage du village de Mahuayani au sanctuaire de Qoyllur Riti. Il s’agit d’une randonnée de montagne, avec ses 600 m de dénivelé, jusqu’à 4600 m d’altitude. C’est aussi un moment unique de communion avec la file de pèlerins quechuas et aymaras dont le ruban paraît infini. Leur marche est rythmée par la vénération des 14 stations du chemin de croix. Vous avez confié vos bagages aux porteurs avant la marche, et vous les retrouvez à votre arrivée aux côtés de votre tente igloo et la tente mess déjà montées. Le cuisinier y prépare votre déjeuner et vous reprenez des forces en installant tranquillement vos affaires dans le campement qui s’étend sur des hectares.

En fin d’après-midi, vous pouvez assister à une messe dans la petite église éclairée par les nombreux cierges des pèlerins. Votre guide bilingue vous explique dans ses moindres détails l’origine et l’importance symbolique de ce lieu doublement vénéré par le syncrétisme, qui mêle le culte inca des Apus (sommets sacrés) et le miracle d’une apparition de l’enfant Jésus à un jeune berger en 1783 (tradition catholique acceptée sans reconnaissance officielle par l’Eglise). Vous êtes saisis par une atmosphère d’excitation à la fois fiévreuse et joyeuse. Le vacarme des milliers de fidèles qui arrivent depuis plusieurs jours de toutes parts des Andes vous prend aux tripes.

Journée 2 : Cérémonies autour du sanctuaire de Qoyllur Riti

Rituels de Qoyllur Riti

Vous êtes réveillés par la même mélopée qui vous a bercé toute la nuit. Les comparses se relaient pour que les musiques et les danses ne cessent jamais. Tous les matins à l’aube, il est saisissant de contempler le salut au soleil levant. Vous disposez de votre journée pour vous promener autour du sanctuaire où continue d’affluer sans arrêt l’immense foule de pèlerins, à perte de vue. Vous vous rendez au marché d’objets pieux improvisé au-dessus du rocher de la Vierge, non loin de la chapelle. Les fidèles y choisissent les miniatures qui correspondent à leurs vœux (voitures, maisons, diplômes, billets…). Selon la croyance populaire, ces offrandes faites au Seigneur de Qoyllur’iti entraînent la réalisation de leurs demandes les plus concrètes.

A 10h, une grande messe est célébrée au sanctuaire, suivie de la cérémonie religieuse des Ukukus à 12h00. Ces figures mythiques sont chargées de monter plus haut sur le glacier et d’assurer l’ordre en corrigeant de leurs fouets les fidèles jugés dissipés. On les reconnaît à leurs cagoules brodées et à leurs vêtements censés imiter le pelage de l’ours andin. Après un déjeuner revigorant, vous assistez à des scènes de transe collective qui mêle pénitences violentes et louanges joyeuses. Vous êtes fascinés par les duels au fouet et les danses traditionnelles du Caquiri Wayri orné de plumes de la jungle et du Qhapaq Qulla tintant des clochettes de l’altiplano.

Campement de Qoyllur Riti

Le soir, vous suivez du regard la courageuse file des membres de comparses et des ukukus qui vont déposer bannières et crucifix au pied des glaciers Qolqe Punku ou Shinaqara. Ces hommes masqués et vêtus d’ornements multicolores avancent péniblement dans la neige sous une forêt de drapeaux et de croix : une image absolument hors du temps. La soirée promet d’être à la hauteur du reste de la journée, avec des feux de bengale. L’ivresse qui sublime le froid et la fatigue endurés est purement spirituelle, puisque l’alcool est sévèrement interdit. Les pèlerins rappellent à toute occasion qu’ils ne sont pas venus pour dormir, mais pour danser sans interruption jours et nuits.

Journée 3 : Retour du sanctuaire de Qoyllur Riti à Mahuayani, puis Cusco

Si vous êtes matinaux, vous pouvez observer les représentants des comparses aller chercher les crucifix et bannières sur les glaciers. Vous suivez ensuite la procession du Seigneur de Tayancani et de la Vierge des Douleurs qui se visitent mutuellement au milieu de la ferveur de la foule, entre le sanctuaire et le rocher de la Vierge. A midi, vous les rejoignez au sanctuaire pour la dernière messe qui réunisse tous les pèlerins, vers midi. Après de longues bénédictions pour s’assurer d’avoir bien présenté Seigneur de Qoyllurit’i leurs requêtes matérialisées par les miniatures, les fidèles prennent le chemin du retour.

Pélerins de Qoyllur Riti

Vous déjeunez, puis vous vous immergez dans cette immense foule en marche, au son extatique des flûtes et tambours andins, et rejoignez Mahuayani à pied. Les porteurs qui vous accompagnent se chargent d’acheminer tout votre équipement. Là, votre chauffeur vous attend et vous conduit à Cusco en véhicule privé, le cœur débordant d’images inoubliables. Et vous pensez aux milliers de pèlerins qui poursuivent le pèlerinage, avec une harassante marche de 24h pour franchir un col de 5.000 m au cœur de la nuit, et déposer la croix du Seigneur de Tayancani et la Vierge des Douleurs au sanctuaire de Tayancani au lever du soleil.

Données pratiques et recommandations

Dates (à confirmer) : Du dimanche 11 au mercredi 14 juin 2017 (Corpus Christi à Cusco le 15)
Du dimanche 27 au mercredi 30 mai 2018 (Corpus Christi à Cusco le 31)
Altitudes : Départ du pèlerinage au village de Mahuallani : 3.892 m.
Sanctuaire de Qoyllurit’i dans la vallée de Sinakara : 4.686 m.
Distance : entre Mahuallani et Qoyllurit’i : 8 km (en 3 heures de marche).
Glacier le plus proche du sanctuaire de Qoyllurit’i : à 1,3 km, actuellement à 5.200 m d’altitude.
Il est important d’être en bonne condition physique et de s’habituer progressivement à l’altitude.

Descente de Qoyllur Riti

Nous vous fournissons des équipements de camping adaptés aux températures très froides, mais veillez à emporter des vêtements thermiques, gants, bonnets, écharpes et chaussettes bien chauds.
Certaines zones du parcours peuvent être enneigées; pensez à vous munir de chaussures adaptées à la randonnée en montagne et imperméables, ainsi que de lunettes de soleil de bonne qualité.
Si vous voulez prendre un peu de sommeil réparateur, n’oubliez pas d’apporter des boules Quiès.