Escapade à Caral, région de Lima

A la découverte de Caral, un des centres urbains les plus anciens d’Amérique

Le site archéologique de Caral donne à voir une des villes les plus vieilles au monde, et comprendre les éléments sociaux et économiques qui ont présidé à sa creátion.

Vous quittez Lima, et longez le littoral vers le nord sur 180 km. Vous voilà arrivés à Caral, la cité qui a inspiré le logo du tourisme péruvien que vous avez sûrement croisé tout au long de votre voyage. La visite de Caral est particulièrement passionnante pour des raisons historiques tout d’abord. C’est la ville qui bat le record d’ancienneté, non seulement du Pérou, mais du continent américain. Classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, ce site archéologique consiste en six pyramides assez érodées par le temps, quoique bien conservées pour leur 5000 ans d’âge !

Vous mettez vos pas dans ceux de l’archéologue allemand Max Uhle qui a commencé les fouilles en 1905, mais ce n’est qu’à la fin des années 90 que l’archéologue américaine Ruth Shady met en valeur son importance dans la naissance des villes en Amérique du Sud. En effet, les sites précolombiens majeurs comme la Huaca de la luna et del sol chez les Mochicas étaient avant tout destinés à un usage religieux et adisnistratif. On assiste là à l’organisation  du premier complexe mixte d’habitations et commerces, comme l’explique la petite exposition de site présentée par le Projet Spécial Archéologique Caral-Supe.

Ce peuple Caral développe un réseau inédit d’échanges depuis la vallée de Supe choisie pour construire sa capitale. Il a construit pas moins de 30 sites sur les 65 hectares des environs. Contemporain des premières civilisations d’Egypte antique, et Mésopotamie, il est à l’origine du premier ensemble agricole, urbain et religieux des Amériques entre 3.000 et 1.800 avant J.-C. Sa spécialité : le commerce, qui lui a permis de diversifier son alimentation et ses outils, ainsi que de créer une aura culturelle depuis le littoral jusqu’en Amazonie et dans les Andes.

Le peuple Caral est connu pour avoir inventé des techniques de constructions particulièrement ingénieuses, qui lui ont permis d’édifier des pyramides d’une taille record pour l’époque. L’invention du filet en coton tissé qui a fait sa richesse dans le domaine de la pêche dans l’Océan Atlantique a aussi été décisive pour maintenir ensemble des petites unités de pierres, ensuite assemblées au sein de murs monumentaux. D’autres réalisations, notamment architecturales, restent assez mystérieuses, et sont l’objet de recherches actives au sein de l’équipe d’archéologues du site.

Il ne vous reste qu’à essayer de résoudre l’énigme de la disparition de ce peuple commerçant et totalement pacifique. On n’a retrouvé en effet aucune trace d’armes ni de fortification, ce qui laisse penser que c’est plutôt une catastrophe naturelle majeure, prablablement liée au phénomène climatique du Niño, qui aurait présidé à l’extinction de cette culture pourtant organisée pour durer des siècles.

Emplacement : dans la vallée de Supe, dans la région de Lima.
Distance de Lima : 200 km au nord de la capitale, soit 3h de route.
Pour plus d’informations, nous contacter